Voici l’extrait d’une séance qui a eu lieu il y a quelque temps. Il s’agit en fait de la première partie de la séance où la cliente Céline expérimentait la vie de cet être venu d’une planète lointaine qui venait apporter son enseignement à des êtres moins évolués (voir article Un enseignant venu de loin).

Pendant cette séance, il a été donné à Céline de voir 3 vies différentes, toutes reliées évidemment avec le message qu’elle a reçu lors de cette séance. Entre chaque vie, Céline retournait dans une sorte de grande salle d’attente entièrement blanche.

Cette première scène était un peu particulière puisque Céline avait du mal à comprendre ce qui lui arrivait et à me décrire et me relayer toutes les informations qui lui venaient. Et c’était encore plus difficile pour moi de trouver les questions appropriées ne comprenant pas vraiment ce qui se passait.

Il est assez simple d’accompagner un ou une cliente vivant une vie passée sur terre, avec cette densité terrestre et avec des éléments connus. Il est facile pour le client et pour moi d’aller puiser dans notre vécu pour comparer ou décrire des habitations, des vêtements, de la nourriture… Mais c’est tout autre chose lorsqu’il est donné d’expérimenter la vie d’une étoile quelque chose qui nous est inconnu et ne fait pas partie de notre vécu terrestre et de nos mémoires actives.

Là encore, il est intéressant de constater que les informations reçues sont totalement en accord avec les informations décrites dans les ouvrages « The Convoluted Universe » de Dolores Cannon.

Voici un message que m’a transmis Céline après son expérience :

« Il y a une continuité entre les 3 histoires, les êtres de lumière en questions naissent des étoiles, c’est un point important à souligner. Plus de détails viendront à ce sujet en fonction de l’évolution de la planète. Ces êtres sont des extensions d’énergie stellaire, comme les âmes naissent de la source originelle et en sont l’extension, et bien ces êtres lumineux naissent des étoiles et en sont des extensions de la même manière, mais pas au même niveau subtil. »

  • Que vois-tu autour de toi ?
  • Je suis dans l’espace.
  • Décris-moi un peu ce que tu vois.
  • Je vois une grosse étoile juste devant moi.
  • Oui, comment est cette étoile ?
  • Elle est bleue.
  • Qu’est-ce qu’elle dégage ?
  • Une chaleur douce.
  • Que vois-tu d’autre autour de toi ?
  • Rien d’autre à part cette étoile. On voit d’autres étoiles très loin dans le ciel, mais la seule chose qui est proche est cette grosse étoile, juste en face.
  • Est-ce que tu perçois avoir un corps ou pas ?
  • Non.
  • Tu dirais que tu as quelle forme ? Que perçois-tu être ?
  • En fait, je crois que je suis l’étoile et je m’observe de loin.
  • Et comment te sens-tu ?
  • Sereine.
  • Et qu’est ce que tu observes, qu’est ce que tu vois en t’observant ?
  • Rien. Juste du calme, le cycle d’une étoile en train de brûler ses combustibles lentement.
  • Tu as la sensation d’être plutôt jeune, âgée ?
  • Plutôt vers la fin.
  • Et qu’est-ce qui se passe alors que tu es là à t’observer, à bruler tes combustibles ?
  • On dirait que les lumières baissent doucement. C’est comme s’il fallait que je quitte ce corps, qui est l’étoile, pour trouver une autre vie, comme feraient les humains qui se réincarnent.
  • Tu arrives à la fin de cette vie d’étoile ?
  • Oui. Je suis en train de vivre peut-être les derniers millions d’années, mais qui me semblent des minutes peut-être.
  • Et est-ce qu’il y a d’autres planètes, d’autres vies autour de toi où tu es seule à cet endroit ?
  • Non. Je suis seule. Je ne vois pas d’autres planètes. C’est comme une étoile qui serait vraiment perdue toute seule aux confins de l’univers, ne faisant pas vraiment partie d’autres systèmes particuliers.
  • Et qu’est-ce que tu ressens en étant cette étoile isolée ?
  • Je ne sais pas. C’est triste et beau à la fois.
  • Est-ce qu’il y a d’autres choses dont tu aimerais me parler à cet endroit ou pas ? (Non) Très bien. Donc si tu es d’accord, on va accélérer et condenser le temps et avancer dans le temps pour voir ce qui va se passer d’important juste après.
  • … Je vois une lumière très très intense avec des ombres, des silhouettes peut-être.
  • Comment est cette lumière ?
  • Très très blanche.
  • Oui et d’où vient-elle ?
  • Peut-être en face, mais ça enveloppe la scène.
  • Et tu es toujours cette étoile ou pas ?
  • Difficile à dire.
  • Et tu m’as dit que tu voyais des silhouettes ?
  • Oui des silhouettes humanoïdes, avec une forme assez allongée. Mais je ne distingue pas. Ce sont vraiment des ombres, des silhouettes. Je ne vois pas à quoi ils peuvent ressembler. La lumière est tellement, tellement forte qu’il y a un contraste …
  • Est-ce qu’il y a beaucoup de ces silhouettes ou pas ?
  • Peut-être 3. Ils sont en train de s’approcher on dirait. Comme s’ils se penchaient au-dessus de moi pour me regarder.
  • Et que se passe-t-il alors ?
  • J’ai l’impression qu’ils essaient de me toucher, de me relever peut-être. Je ne sais pas.
  • Comment te sens-tu en leur présence ?
  • C’est à priori des présences que je ne connais pas. Ils n’ont pas l’air méchants, ni spécialement gentils. Juste des personnes qui se rencontreraient peut-être. Ils sont curieux, je pense ; au moins aussi curieux que moi.
  • Et est-ce que tu perçois avoir un corps ou pas ?
  • … Je n’arrive pas à savoir.
  • Non ? Est-ce que tu peux ressentir le sol sous tes pieds ou pas ?
  • Je ne sais pas. C’est comme si je phasais en fait un petit peu au travers … C’est comme si je pouvais être à la fois dans la matière et non dans la matière. C’est difficile à expliquer.
  • D’accord et donc tu as ces silhouettes, ces 3 êtres qui s’approchent et qu’est ce qui se passe après ?
  • Ils sont à la fois curieux et méfiants parce que j’ai l’air assez bizarre peut-être.
  • Oui ? Ils ne sont pas habitués à voir quelque chose ou quelqu’un comme toi ?
  • Moi, je me sens un peu sonné et je ne sais pas trop ce que je fais là. Je ne comprends pas en fait. Je ne peux pas expliquer et eux sont là en train de me regarder en se demandant ce que c’est que cette chose.
  • Est-ce que tu as l’impression d’être plus grand qu’eux ? Plus petit ?
  • À peu près à la même échelle. Ils sont juste au-dessus, penchés en train de regarder.
  • Parle-moi un peu plus d’eux maintenant qu’ils sont proches de toi. Que vois-tu exactement ?
  • Une sorte d’extra-terrestres. Ils ne me font pas peur. Ils ne sont pas spécialement … Ils n’ont pas l’air méchants. C’est comme si on était au milieu des champs sur une planète bizarre peut-être. Je ne vois pas bien ce qu’il y a autour.
  • Et comment les décrirais-tu ?
  • Ils ressemblent à un mélange de … comment je pourrais dire … de chimpanzés mélangés avec des extra-terrestres qui auraient un crâne très allongé. Ils ont un crâne très très allongé. Ils ont la peau très bizarre. On dirait que c’est de la pierre. Ils n’ont pas la peau lisse. Ils ont des espèces de … C’est comme un peu des troncs d’arbres. Ça fait des espèces de stries sur la peau.
  • Et est-ce qu’ils portent des vêtements ou pas ?
  • Non, ils sont entièrement recouverts par cette espèce de peau en écorce on va dire. Mais je ne sais pas vraiment si c’est de l’écorce. Ça pourrait être de la pierre, je ne sais pas. Ils ont les bras très très fins et les doigts très très grands.
  • Et comment est-ce qu’ils bougent ? Lentement ? Rapidement ?
  • Normalement, comme les humains. Ils se parlent entre eux, je pense, et ils se posent des questions. Et à quoi ça ressemble quand ils parlent entre eux ? Je ne sais pas. C’est comme s’ils chuchotaient.
  • Et cette lumière blanche que tu voyais tout à l’heure, est-ce qu’elle est toujours là ou est-ce qu’elle te gêne moins ?
  • Elle s’estompe doucement.
  • Est-ce que tu peux voir d’où elle prend sa source ?
  • Ça avait l’air de venir du ciel.
  • D’accord. On va maintenant voir ce que ces êtres peuvent voir, comment tu leur apparais. Si c’est approprié pour toi, tu vas pouvoir accéder à cette information maintenant.
  • J’ai l’impression qu’à mon emplacement il y a un gros cratère, peut-être de 1 ou 2 mètres de diamètre. Et au centre, je pense que c’est la chose que je suis peut-être une pierre ou un cristal ; quelque chose comme ça.
  • Et quelle taille aurait cette pierre ou ce cristal ?
  • Peut-être gros comme le poing.
  • Et quelle est sa forme ? Sa couleur ? Est-ce que tu peux m’en dire un peu plus ?
  • Je vois juste une petite boule noire toute ronde. On dirait du métal en fait.
  • Et qu’est-ce qui se passe après alors ?
  • Je crois qu’ils essaient de la toucher, mais ils n’osent pas trop. Ça a l’air de les repousser un petit peu. Je ne saurais pas dire comment. C’est à dire, l’inverse de quelque chose de magnétique. C’est à dire comme un champ magnétique inversé qui empêche d’approcher sa main peut-être.
  • Et comment te sens-tu ?
  • Je suis toujours complètement sonnée.
  • Oui ? Qu’est-ce qui fait que tu sois sonnée comme ça ?
  • L’impact, je pense.
  • Est-ce qu’il y a d’autres choses dont tu aimerais me parler dans cette scène ou pas ?
  • Ça a l’air bloqué dans le temps. Ça n’avance pas plus.
  • D’accord. Donc si tu veux bien, on va encore une fois accélérer le temps. Qu’est ce qui vient d’important après ?
  • Rien. Je vois juste du blanc. Il est tout autour. C’est comme un entre-deux, comme une salle d’attente. Ça me fait penser à une salle d’attente. C’est un espace infini. On ne peut pas vraiment dire grand-chose de plus là dessus. C’est comme une pièce qui serait peinte en blanc, mais à l’infini, sans murs.
  • Et comment te sens-tu dans cet endroit ?
  • Je m’ennuie.
  • Est-ce que tu es toujours sonnée ou pas ? (Non.) Est-ce que tu as l’impression qu’il y a d’autres présences autour de toi ou pas ?
  • Pas pour le moment, non, personne autour.
  • Et qu’est-ce qui se passe alors, qu’est-ce que tu fais ?
  • J’attends. C’est pour ça que je m’ennuie d’ailleurs.
  • Et qu’est-ce que tu attends exactement ?
  • Comme l’ouverture d’une faille pour rentrer peut-être dans une nouvelle incarnation. Je ne sais pas. Je ne peux pas expliquer autrement.
  • Et est-ce que tu as une idée de cette ouverture, de cet endroit où tu pourrais aller ou pas ?
  • Je ne peux pas y accéder. J’ai comme l’impression que c’est … Je ne sais pas où je vais aller. Ça va être un loto en fait. Il n’y a pas vraiment de choix à l’avance.
  • Et est-ce que tu as choisi d’être là et d’attendre ou tu as l’impression de subir cette situation ?
  • Je subis.
  • Très bien. On va encore accélérer le temps et voir quand cette faille apparaît.
  • Je rentre dans la faille qui vient d’apparaître ; ou la porte. Je ne sais pas comment on peut appeler ça et j’atterris dans le désert.

(Et la suite de la séance est décrite dans l’article Un enseignant venu de loin)

Photo de Rodion Kutsaev sur Unsplash

Pin It on Pinterest

Share This