Récemment, j’ai eu la chance d’être le spectateur privilégié de l’expérience d’une vie passée d’une cliente.

Cette expérience très inhabituelle et très intense était également très riche et m’a beaucoup donné à réfléchir. Je voulais vraiment pouvoir partager la retranscription de cette séance et je remercie ma cliente Lyn de m’avoir autorisé à le faire.

  • Qu’est ce que tu vois autour de toi ?
  • C’est une forêt
  • Décris-moi cette forêt ?
  • Elle est dense. C’est un vert foncé, très foncé. C’est des sapins. C’est très très foncé.
  • Et tu es où exactement dans cette forêt ?
  • Je ne sais pas, je vois un tronc d’arbre. J’ai l’impression d’être ce tronc d’arbre. J’ai l’impression d’être un arbre coupé. (surprise)
  • Qu’est ce que tu vois autour de toi ? Parle-moi un peu de ce que tu vois autour de toi ?
  • Je vois une scierie, je vois des arbres coupés.
  • Est-ce qu’il y a des odeurs particulières autour de toi ?
  • Ça sent le sapin, mais je me vois un arbre mort qui a été coupé.
  • Tu vois cet arbre ou tu es cet arbre ?
  • Je suis cet arbre. Je me vois un tronc et on sent que ça vient d’être fait. La coupe est fraîche.
  • Et comment tu te sens ?
  • Ben morte en fait !
  • Donc le tronc a été coupé. Est-ce que tu as toujours tes branches ?
  • Non, je ne vois même pas les… C’est vraiment cette partie du tronc où il y a les branches encore.
  • Et qu’est ce que tu vois d’autre autour de toi ?
  • Tous les autres arbres.
  • Oui, ils sont comment ces arbres ?
  • Debout et nous, on est couchés.
  • Qui ça vous ?
  • Les autres arbres. Je suis triste.
  • Oui ? Qu’est-ce qui te rend triste ?
  • (émotions) On m’a coupé des miens en fait.
  • Et est-ce que tu peux communiquer avec les arbres autour de toi ?
  • Je ne peux plus. Je ne peux plus. Je vois plein de copeaux. Je ne peux plus. Je ne peux rien faire. (émotion encore plus forte)
  • Je te propose qu’on retourne en arrière avant que tu sois coupée, quand tu étais encore avec les tiens. On retourne en arrière à un moment où tu étais avec les tiens. Qu’est-ce que tu vois autour de toi ?
  • Les oiseaux sur mes branches. Les rayons du soleil qui passent dans mes branches. Toute cette vie qui est abritée. On est tous unis, avec les animaux, les oiseaux, tous les végétaux.
  • Tu es unie avec toute cette nature autour de toi.
  • On se comprend. On se respecte. On se protège. On joue à cache-cache. J’adorais être cet arbre. J’adorais.
  • Décris-moi comment tu es ?
  • Je ne suis pas plus, je ne suis pas moins que les autres. Je suis là et il y a vraiment une fraternité, quelque chose. On est tous là. On sait que… On se respecte tous. On se respecte. On s’accueille. J’adore entendre le chant des oiseaux. J’adore.
  • C’est quoi que tu préfères ?
  • J’aime tout en fait. J’aime tout. J’aime quand l’écureuil vient. J’aime quand il joue, il court. Il court sur mon tronc, sur mes branches. Il n’a pas peur de mes aiguilles parce qu’il sait que ça ne pique pas en fait.
  • Et tu peux communiquer avec lui ou pas ?
  • Oui, on a d’autres moyens de communication. C’est… Ça passe par le contact de ses pattes sur moi. Je sens ses petites griffes, mais ça ne me griffe pas.
  • Je te laisse un moment pour ressentir tout ça autour de toi.
  • C’est le paradis en fait… (émotion forte)
  • Qu’est-ce qu’il y a ?
  • Je déteste, je hais l’homme. Je hais l’humain. Il ne comprend rien. Il ne comprend rien.
  • Qu’est ce qu’il devrait comprendre ?
  • L’unité, l’harmonie, la complémentarité, que j’allais mourir un jour, que ma vie était… et pourquoi d’un seul coup, là ?… Pourquoi on ne laisse pas faire les cycles ? Pourquoi on n’accepte pas ? (colère et écœurement)
  • Est-ce que tu étais là depuis longtemps ?
  • Je sais pas. Je pense que j’ai 60 ans. Je ne sais pas pour un sapin si c’est jeune, si c’est vieux. C’est ce que j’entends. Je ne sais pas. Je ne sais pas et en fait, ça n’a pas d’importance parce que je suis là. On est là tous. Les jeunes, les vieux, tous. Ça n’a pas d’importance. On est bien.
  • Vous êtes tous ensemble ?
  • Oui. Et on communique même sous terre. Il y a tellement de choses qui se passent sous la terre.
  • Avec toute la vie qu’il y a sous terre, c’est ça ?
  • Oui
  • C’est aussi important que ce qu’il y a en surface ?
  • C’est encore plus riche. On ne voit pas la moitié. On ne voit rien. L’humain ne voit rien. L’humain ne voit rien.
  • Non, il n’a pas tes capacités pour voir les mêmes choses que tu peux voir.
  • Il ne voit pas !
  • Est-ce qu’il y a autre chose que tu aimerais explorer dans cette scène ou pas ?
  • Tu vois, là, je connecte avec le soleil. On est connectés avec tout. Avec tout ! C’est ça la vérité. Ça, c’est juste. Tu vois, la lune, le soleil, tous les éléments, l’eau, tout. Tout est important. Tout est là et tout a sa place. Il n’y a personne qui est en train de chercher sa place. On n’a pas plus de place parce qu’on est jeune ou qu’on est vieux. On a tous notre place. Tous les règnes, tous les règnes ont leur place.
  • Je te laisse un moment si tu veux pour profiter de cette communion avec tous les êtres qui sont autour de toi et quand tu seras prête, tu me le diras, on pourra continuer.
  • J’ai une biche qui vient. Elle est là. Elle me regarde. Elle me dit « ça va aller » !
  • Qu’est-ce qui fait qu’elle te dit ça ?
  • Parce que ça ne va pas.
  • Qu’est-ce qui ne va pas ?
  • Cette vie humaine. Ça ne va pas… Elle veut m’offrir sa douceur et en fait, moi je lui réponds que ce n’est que violence. En fait, c’est très violent. Tout ça s’est très violent. Le monde humain est violence.
  • Et pourtant cette biche elle est là pour t’offrir de la douceur ?
  • Oui ! Je suis en colère après l’être humain.

  • Pourquoi vous avez choisi de montrer cette scène à Lyn aujourd’hui ?
  • Il faut ramener l’unité avec tout le monde, avec tous les règnes.

 

Photo de Ben den Engelsen sur Unsplash

Pin It on Pinterest

Share This